Skip to content

Le combat de la foi

Mais voici, mon pied glisse. Je perds le fil, me mets en péril. On y goûte, on y regoûte et on se dégoûte. Ressembler à tout le monde, dans un milieu immonde.
Esther Rosalie

Dans un monde chamboulé où le noir déguisé se disperse, le temps se déverse.

Le soleil se lève. Les hommes s’attèlent à leurs tâches impératives.
Certains portent un sourire, d’autres un visage sombre.
Ils courent,  tournent, se retournent.
Où vont-ils ?  Que font-ils ?
On entend des rires. On voit les plaisirs circuler et la souffrance s’agiter puis étouffer. 
Un bonheur éphémère et illusoire dans lequel beaucoup veulent boire sans voir le Roi.

Publicité

Et puis il y a moi. 

Au milieu de ce brouillard, je veux croire.
J’ai appris durant ma tendre enfance que mon Dieu dans les Cieux, le Seul et l’Unique, ne m’abandonnera jamais dans ce lieu.
Que Sa main toute puissante me retiendrait de la chute même si celle-ci advenait, car elle deviendrait alors semblable à un parachute.
Les influences, les désirs, la chair, etc. Tant de tentations face auxquelles il me revient de faire attention.
Garder la foi, rester sur mes gardes, porter mon regard vers Toi, tel est mon devoir.

Mais voici, mon pied glisse.
Je perds le fil, me mets en péril.
On y goûte, on y regoûte et on se dégoûte.
Ressembler à tout le monde, dans un milieu immonde.
Vers où vais-je ? Que fais-je ?
Je m’égare, quel cauchemar !
Je ne vois plus, abattue.

Quand soudain, Tu me retiens.
Tu deviens mon soutien.
Rejeté(e), critiqué(e), abandonné(e) : je renais !
La lumière d’hier brille à nouveau, scintille.
Abrité(e), on fait la paix,
Le désespoir fait place à l’espoir.
Lavé(e), purifié(e), pardonné(e), je suis sauvé(e) !
”Je ne te laisserai pas, non je ne t’abandonnerai jamais ”, me dit le Bien-Aimé. (Cf. Josué 1v5 / Hébreux 13v5)   

La foi c’est rien de moins qu’un échange complet de tout ce que nous sommes pour tout ce qu’Il est.

John Mac Arthur

Esther Rosalie

Publicité