Skip to content

Lève les yeux vers l’Éternel

T'es-tu déjà dit que ta vie est ratée, que tu finiras seul, sans aucun ami et que Dieu n'est jamais là pour toi ? Et bien, détrompe-toi ! Voici Benjamin, 24 ans, qui te partage un bout de son histoire personnelle avec Dieu.
Esther Rosalie

La vie de Benjamin n’a jamais été très facile. Né avec un handicap (dyspraxie), il avait des troubles du comportement et des troubles de l’attention que les gens qui l’entouraient ne comprenaient pas. Ils pensaient souvent qu’il était mal élevé, qu’on ne lui apprenait pas les bonnes manières. À l’école, il avait une AVS (auxiliaire de vie sociale), ce qui faisait de lui quelqu’un de “spécial” et ses camarades de classe le fuyaient ainsi que les autres personnes en dehors de son école.

Son manque de confiance en lui s’est très vite installé. Il a alors développé une fâcheuse habitude à se rabaisser devant les autres et à se traiter de nul, d’imbécile, de bon à rien. Cette attitude-là avait ainsi un impact négatif sur sa vie de tous les jours. Il essayait d’être quelqu’un qu’il n’était pas au travers de styles que les autres pouvaient apprécier pour faire en sorte qu’ils l’acceptent mais rien ne fonctionnait. Il recherchait beaucoup l’amour au travers du regard des autres. 

Publicité

C’est en 2013 que le changement a débuté.

Son grand père était une personne qui respirait la joie de vivre et qui avait une grande foi, il lui avait appris à aimer et à connaître Dieu à travers la nature et la randonnée. Le jour de son décès il lui avait laissé le Psaume 121 : “Je lève mes yeux vers les montagnes… D’où me viendra le secours ? Le secours me vient de l’Éternel, Qui a fait les cieux et la terre.”
Ce verset a commencé à lui ouvrir les yeux sur le fait qu’il ne fallait pas chercher à être aimé des autres mais à être aimé de Dieu.

2014 : le début du renouveau en lui

Il part vivre avec sa mère et son beau-père en Nouvelle Calédonie. S’intégrer et découvrir une nouvelle culture, une nouvelle église lui a demandé du temps. Sa vie sociale a commencé à se construire petit à petit. Il alternait entre ses formations et ses amis. Il était très bien accueilli. Cinq années se sont écoulées en Nouvelle-Calédonie et Benjamin s’est fait baptiser. Plus mûr et à l’aise socialement, il s’est trouvé de bons amis et dès qu’il passait par un moment difficile, le Psaume 121 surgissait dans ses pensées.

2019 : Retour en France , retour à la case départ

Les gens qui le “fuyaient” auparavant l’ont appris à le connaître différemment et il a compris qu’il ne devait pas se faire passer pour une victime ni se rabaisser. Aujourd’hui, il a un cercle d’amis bienveillants qui l’aide à grandir chaque jour. Les anciens de son église le conseillent dans sa marche avec le Seigneur et il fait des rencontres merveilleuses.

Même s’il y a encore des hauts et des bas, Benjamin s’accroche à cette promesse présente dans le passage de la Bible si cher à son cœur.

Si toi aussi tu te retrouves un peu dans l’histoire de Benjamin, je t’encourage à chaque mauvais moment de ta vie, à toujours regarder à l’Éternel quoi qu’il puisse t’arriver !

Esther Rosalie

Publicité