Skip to content

Le feu tricolore

Petites histoires en tous sens qui vous invitent à voyager dans les méandres de la vie ponctuée d'imagination et de réflexion. Laisse-toi porter par poussière d'Aventure.
Julie Villevet

Le moteur tourne. La voiture n’avance pas. La main sur la boîte de vitesses. L’autre qui se resserre sur le volant. L’envie de bouger, alors qu’on est assis. Le temps qui passe. Le regard sur le feu, la lumière est rouge. Cette couleur, par sa seule présence, empêche la voiture d’avancer. 

La jeune fille sait qu’elle ne doit pas le franchir. Alors elle attend. Elle perçoit tout autour d’elle le monde glisser. Comme un film en accéléré. Les gens, les voitures, les engins avancent à une vitesse faramineuse, ne laissent que des traînés derrière eux. Aucun d’eux n’est à l’arrêt. Tout tourne à plein régime. La jeune fille voudrait démarrer. Aller de l’avant. 

Publicité

Mais elle est forcée à attendre. C’est rageant.

Pourquoi le feu rouge ne tourne-t-il pas au vert ?

Il ne se passe rien. Cependant l’attention de la conductrice reste focus. À tout moment, cela sera son tour. 

Le feu s’éteint. Vire à l’orange. Le moteur rugit et à la seconde ou le vert apparaît, la voiture s’élance. Elle roule, se mêle au monde. Glisse dans la vie sur quelques centaines de mètres. Sentiment d’exaltation d’être dans le temps. De faire partie de ce mouvement perpétuel, d’avancer concrètement. De voir notre progrès, jusqu’à… 

Rouge. La jeune fille plante sur les freins. Arrête sans élan. Stoppée par un mur virtuel. Ligne blanche, feu rouge, monde qui glisse. Elle est la seule qui doit s’arrêter. Elle ne voit que les gens qui bougent et elle, bloquée, elle laisse tourner le moteur, espérant repartir vite.

Cela ne se passe pas. Le temps se traîne. La jeune fille a l’impression que cette lumière rouge est contre elle. Elle jette un coup d’œil derrière elle. Aperçoit l’autre feu qu’elle vient de quitter. A quelques centaines de mètres. Elle avait eu tellement l’impression d’avancer, de suivre le mouvement… Alors que non. Elle tourne en rond, rien n’avance. 

Tout le monde vit sa vie pleinement.

Avance, recule. Tour en rond ou s’envole. Mais elle, elle reste là. Bloquée. Le feu n’est pas vert pour elle. Pas maintenant. Chaque feu s’allume dans un jeu parfaitement organisé. D’autres doivent passer. Elle doit attendre dans sa sécurité. Lieu protégé qu’elle ne remarque même pas. Et même si elle ne se voit pas avancer, qu’est-ce qui peut le démontrer ? Le monde glisse. S’enivre, se retourne et continue. Ils ont l’air de s’en ficher du code routier. Ombres futiles de couleurs. Illusions sur de fausses croyances.  

La jeune fille soupire et abandonne.

Elle ne peut rien y faire. Le réglage des feux n’est pas de son ressort. Quelqu’un a programmé ces lumières. Rouge le stop, orange encore l’attente, vert l’accord. Et cette personne, ne contrôle pas uniquement ce feu, devant elle, mais tout ceux du monde. 

Tout ce qu’elle sait, c’est qu’à un moment ça sera son tour. Et que pour l’instant, même si elle ne le comprend pas, il y a une raison à ce feu rouge. Alors elle attend. Prête à redémarrer suivant les instructions du feu de signalisation. Sachant qu’elle avance au bon rythme. Celui déclaré par les feux. 

Le monde glisse. 

Julie Villevet

Pour lire une autre histoire de poussière d’aventure : Qui es-tu papa, lorsque j’ai besoin de toi ?

Publicité