Skip to content

C’est vert, c’est clair !

Retrouve ici le témoignage d'Ophélie, agent d'entretien d'espaces verts. Découvre également ses joies et ses défis et les attraits de ce beau métier.
Esther Rosalie

Ophélie, 26 ans, est agent d’entretien d’espaces verts et a accepté de nous partager son ressenti sur son métier.

Elle nous explique son métier :

Publicité

Ophélie est agent d’entretien d’espaces verts en contrat d’insertion. Le contrat a une durée maximum de 2 ans car c’est un tremplin pour aider les jeunes à développer de nouvelles compétences, de réaliser des projets (code, permis de conduire, formation si souhait de réorientation, etc.) dont le but est de trouver un autre emploi stable. Pour Ophélie, cela lui permet de travailler sur sa confiance en soi, l’acceptation de certaines situations qui lui permettent de sortir de sa zone de confort.  Avoir des chefs à l’écoute est un plus qui lui permet de se sentir plus à l’aise au sein des différentes équipes.

Quelles compétences sont nécessaires ?

On peut autant être amené à aller sur un chantier de BTP qui est en train d’être rénové qu’être amené à faire du déménagement ou du broyage de branches. Pour cela, savoir travailler en équipe et en autonomie est indispensable. De plus, il est nécessaire d’avoir une certaine logique pour comprendre les instructions. Être capable de s’adapter à n’importe quelle situation et avoir de l’endurance physique ainsi que la connaissance des outils de travail est particulièrement apprécié.

A quoi ressemble une journée type ?

L’arrivée au dépôt se fait vers 7h45. S’ensuit la distribution des tâches pour la journée faites par les chefs qui ont préalablement formé les équipes du jour. Le départ pour le chantier attribué s’effectue une fois le matériel nécessaire chargé dans les véhicules de fonction. En été, le travail est constitué majoritairement du désherbage, de la tonte, de la taille de haies etc. Depuis peu, ils effectuent aussi des lattis à la scierie qui seront ensuite placés autour des jeunes pousses d’arbres en forêt pour les protéger des animaux. La journée sur le chantier s’achève aux alentours de 16h avec un retour au dépôt pour ranger et nettoyer le matériel utilisé.

Ce qui lui plaît le plus

Ce qui lui plaît le plus c’est d’avoir trouvé ce travail qui l’aide à évoluer dans son cheminement personnel et qui lui permet de développer des notions techniques supplémentaires ainsi que son sens relationnel avec ses collègues. Avoir une certaine proximité avec ses collègues est pour elle un avantage non négligeable !

Ton travail a-t-il déjà mis ta foi à l’épreuve ?

Oui, souvent, raconte Ophélie. Que ce soit dans sa relation avec certains de ses collègues, l’équipe ou le chantier sur lequel elle a été envoyée. Elle ne comprend pas toujours pourquoi sa foi est mise à l’épreuve dans le cadre de son travail et se demande même pourquoi Dieu l’a voulu à cette place. Mais ce dont elle est sûre, c’est que Dieu répond à ses prières et qu’il a déjà exaucé certaines de ses demandes dans des situations où seule la main de Dieu pouvait faire bouger les choses !

Découvre un autre article : Militaire et chrétienne.

Esther Rosalie

Publicité